Archive for the ‘Inde’ Category

Jour 7 – Dernier jour en Inde, le bilan

Aujourd’hui nous passons la journée dans le quartier de notre hotel, nous commençons à ranger et à préparer la suite du voyage.

Dans la rue

Cela va maintenant faire 3 jours que nous somme à l’hôtel « Eurostar International » situé dans le quartier de Mahipalpur à 10 kilomètres au sud de New Delhi. Ce quartier ne ressemble pas trop au centre de la ville qui est bondée de monde et très sale, ici il y à des trotoirs assez dégagés et on arrive à circuler assez facilement (tout est relatif). Notre hôtel est assez récent, il est d’ailleurs toujours en cours de rénovation pour les chambres des étages suppérieurs, ce qui n’est pas sans provoquer quelques nuisances. Le personnel à quelques difficultés à comprendre l’anglais, il faut croire que dès que l’on s’éloigne du centre il y à tout de suite beaucoup moins de personnes parlant courament anglais.

Vous trouverez ci-dessous les quelques photos que nous avons faites dans la rue aujourd’hui (ce n’est jamais évident de faire des photos dans la rue). Aujourd’hui c’est dimanche donc il y à moins de monde qu’en semaine.

Dans la rue
Dans la rue

L’Inde compte aujourd’hui plus d’un milliard d’habitants dont la majeure partie vie encore sous le seuil de pauvreté avec moins d’un euro par jour et est un pays en voie de développement, ça c’et ce qu’on sait en partant. Malgrès tout ce qu’on peut lire ou voir avant le départ, il n’y à réellement qu’en arrivant en Inde qu’on se rend compte de ce qu’il en est réelement. Beaucoup de personnes sont très très pauvres et vivent toute l’année dans la rue, d’autres sont plus riches et passent dans la rue comme si elle ne voyaient rien. Quand nous sommes arrivés dans le centre de Delhi nous nous sommes demandés si ce pays était réelement en voie de développement. Les gens vivent dans la rue comme à l’époque où nous vendions les fruits que nous récoltions dans notre jardin, certain batiments commencent à tomber en ruine. Les Indiens sont tous très attachés à leurs coutumes, leur religion et n’ont pas l’air pret à changer de mode de vie. Dans les dernières villes où nous sommes passés, Jaipur et le sud de New Delhi, on apperçois quelques amélioration. Il y à des égouts, les rues sont « nettoyées », il y à des commerces et petites épiceries et des batiments sont en construction dans toute la ville (avec des moyens dérisoirs, mais ils s’en sortent).

Dans la rue
Dans la rue
Dans la rue
Dans la rue

La pauvreté étant présente partout, on trouve beaucoup de mandiants qui n’hésitent pas à nous suivre et nous solliciter sur des centaines de metres, mais il y à aussi de nombreuses arnaques en tout genre. Quand on arrive en Inde, on nous le dit, ne faites confiance à personne et méfiez vous de tout ! C’est incroyable les choses qu’il faut remettre en question qui pourtant chez nous nous paraissent simples et sans problèmes. Pour ceux qui se rapellent, quand nous sommes arrivés à la gare de New Delhi le premier jour un homme nous à renvoyé vers un « bureau » en face de la gare pour faire valider nos billets, on se demandai d’ailleurs pourquois ce « bureau » était de l’autre coté de la route. Nous avons appris plus tard que ce n’était pas un vrai « bureau » et qu’il n’avais rien à voir avec la gompagnie de trains. Comme nos billets étaits bien conformes et nous avions nos places de réservés, il n’ont rien pu faire, (j’avais bien fait attention à la reservation à ne pas ête en surbooking) mais apparement il revendent des billets à des prix éxagérément élevés aux voyageurs qui n’ont pas fait attention à la réservation. Il faut aussi savoir qu’ici la mention « approuvée par le gouvernement » peut être utilisé par nimporte qui sans être poursuivi. Donc quand vous voyez en face de la gare « Train ticket – Approved by government » ça n’aide pas !

Street in Delhi

Selon la religion hindou qui prédomine en Inde l’homme est dans un corp périssable et transitoire, seule son âme est éternelle et se réincarne indéfiniment tout en gardant l’historique péchés et bonnes actions commises. Et comme la vie n’apporte selon eux que souffrance, leur but est d’en finir au plus vite afin de renaitre dans un corp meilleur qui est défini suivant l’historique des actions commises au cours de la vie précédente. La vie n’a donc aucune valeur à leurs yeux, ce qui pour nous semble totalement invraisemblable !

Trouver où manger n’est pas non plus évident. Dans la rue, de nombreux camelots proposent des spécialités, il y à pas mal de restaurants mais nous n’avons pas les mêmes éxigences sanitaires. Ils mangent par terre pour les plus pauvres ou dans les restaurants pour les plus riches mais toujours avec leurs mains, quant à la préparation de certains plats il faut mieu se méfier. Il faut donc manger tout ce qu est cuit, idem pour les fruits. Nous sommes donc restés au régime riz avec un peu de tomates parfois et naan. Le naan est une sorte de galette que l’on trouve nature, ou assaisoné de beurre ou de fromage. L’eau du robinet n’est pas potable il faut donc acheter des bouteilles d’eau pour boire et pour se laver les dents (une drole d’habitude a prendre).

Bref, l’Inde est un pays bien différent du notre ou il y à de nombreuses choses à découvrir mais ce sont toujours les problèmes de pollution et d’hygiène qui posent problème aux gens commes nous qui ne sommes pas habitués à endurer tou ceci.

Nous avons notre vol demain matin à 8:55 pour l’Australie avec un changement à Singapour, le taxi doit passer nous prendre à l’hotel.

Publicités

Jour 6 – Qutb Minar & le Temple Lotus

Départ à 9:00 pour le Qutb Minar, nous payons l’entrée 250 Roupies alors que les Indiens ne la paie que 10. Ils payent 10 Roupies pour tous les monuments. Il y a à chaque fois 2 guichets, « indian » et « foreigner », évidemment sans avoir besoin de nous demander notre passeport on se fait rapidement revoyer au bon guichet.

Qutb Minar
Qutb Minar

Le Qutb Minar est une tour haute de 72 metres, elle à un diamètre de 14 mètres à la base pour seulement 2,50 metres à son sommet. C’était à l’époque une tour de victoire construite en 1199 par les musulmans qui servait aussi de minaret pour la mosquée adjacente. C’est la plus ancienne et la plus haute tour qui soit encore en bon état actuellement. Les 3 premiers étages sont en grès rouge alors que les 2 dernier sont en marbre. On ne peut plus monter dans le haut de la tour depuis une bousculade en 1981 qui fît 40 mort !

Qutb Minar

Non loin de là subsiste les restes de la mosquée Quwwat-ul-Islam, ainsi qu’une colonne de fer d’environ 7 metres de haut forgée au V ème Sciècle. Elle est conposée de fer pur à 99,5% ce qui est assez remarquable quand on sait que la technologie occidentale a réussi à obtenir le même resultat qu’au XIX éme Sciècle ! Chose encore assez étonante, malgrès son age, cette colonne ne porte aucune trace de rouille. Il y à aussi les restes d’une autre colonne qui à commencé à être construite, sa base est 2 fois plus grande que la QutbMinar mais sa construction fût abandonnée au premier étage à la mort de son initiateur.

Qutb Minar

On vois sur la photo ci-dessous une arche restante de la mosquée avec la colonne de fer en dessous et la tour à droite.

Qutb Minar

On se ballade un peu sur le site qui est assez calme et nous isole de la cacophonie urbaine. On reprends ensuite notre taxi qui nous attendai direction le Temple Lotus. Pendant tout le trajet on se demande si le chauffeur ne va pas s’endormir. Il peine à garder les yeux ouverts et sa tête tombe… Après environ 15 minutes, nous arrivons au Temple Lotus (Baha’i House of Worship).

Temple Lotus Baha'i
Temple Lotus Baha'i

Le Temple Lotus Baha’i à été construit en 1986 pour la doctrine baha’ie qui a pour but d’unir tous les peuples et toutes les religions du monde. (Il ont encore du travail !) Il faut se déchausser avant de rentrer dans le temple et malgrès la taille imposante du dome et le nombre de personnes présentes, il n’y a pa un bruit à l’intérieur !

Temple Lotus Baha'i

Le temple est en forme de fleur de lotus, les toits et les bassins autour représentent les 27 pétales. Celons certains la fleur de lotus représente la pureté, cette fleur est souvent trouvée dans des eaux sales et stagnantes, ce qui représente un esprit humain pur s’élevant au-dessus de l’écume. On se dit que c’est un peu le cas de tout les monuments ici, un espace propre et bien gardé au millieu de la saleté urbaine…

Nous rentrons ensuite à notre hotel, notre chauffeur de taxi ne s’est pas endormi en route ! Nous allons manger au restaurant non loin de l’hotel, comme hier, puis passons le reste de l’après-midi à nous reposer.

Jour 5 – Ala Hazrat Express, le retour à New Delhi

Départ de l’hôtel à 6:45, il fait déjà bien jour, le soleil se lève vers 6:00. Nous commençons à descendre la rue avec nos valises, un chauffeur de risckshaw nous repère à 100 mètres et arrive droit sur nous. Il à l’air clean, il nous demande 50 Roupies pour la course (la gare est à environ 1 kilometre). Je note sa plaque d’immatriculation, comme à l’accoutumée. Cela à l’air de ne pas lui plaire et il me demande pourquoi, je lui réponds que c’est juste pour notre sécurité (en cas de probleme nous avons sa plaque ou cela suffit parfois à disuader les plus malhonètes). Nous partons assez rapidement vers la gare, il roule un peu vite, mais en 5 minutes nous y sommes !

Il y a déjà pas mal de monde à la gare, beaucoups d’indiens on dormis sur place enroulés dans leurs tissus. On se demande parfois si il y a quelqu’un de vivant en dessous ou si c’est juste un tas de tissus. On vous laisse imaginer l’état de la gare en arrivant, sachant qu’ils dormaient à même le quais et qu’ils n’avaient que les rails pour faire leurs besoins et se laver… bref, l’odeur était assez insuportable. Leur façon de nettoyer est toujours la même, avec des moyens dérisoirs on pousse tout un peu plus loin. Notre train doit arriver à 7:55, on doit donc patienter une heure ici, ce qui nous laisse le temps de repérer la voie et à quel niveau notre wagon doit arriver.

Dans le train

Notre train arrive avec quelques minutes de retard, mais devant nous ce n’est pas le bon wagon, les indications on apparement été affichées à l’envers, on doit donc courrir un peu et remonter tout le quais sachant que nous n’avons que quelques minutes.

On embarque donc dans le « Ala Hazrat Express » qui n’a d’express que le nom, car on parcours 250 kilometres en 6 heures, soit une vitesse moyenne de 40 km/h. On apperçois durant le voyage des paysants qui récoltent à l’ancienne ainsi que des cheminées à perte de vue pour faire cuire des briques. Nous arrivons à 14:00 à l’entrée de New Delhi. Il nous faut maintenant trouver un taxi car l’hôtel est à 10 kilomètres, les distances sont énormes à New Delhi. Nous préférons prendre un taxi car les risckshaw, ce n’est jamais facile de tomber sur un bon donc on commence un peu à en avoir mare. Le temps de trouver un taxi à la sortie, un chauffeur avec une espece de camionette veux a tout pris nous emmener, il à les yeux globuleux, on se demande s’il voit encore la route. Avec l’aide de quelques indiens on trouve rapidement un taxi qui nous conduit à destination sans problèmes, et il faut dire que la voiture avec la climatisation c’est quand même plus confortable.

Notre hôtel est situé dans un quartier pas trop sale, on à un restaurant à proximité, un service de taxi et Internet. Et pour la première fois depuis la sortie de la gare on ne s’est pas fait abordé comme c’est la cas d’abitude. C’est peut être par-ce-qu’on commence à s’y faire, on ne regarde plus partout en arrivant comme si on était perdu, il suffit simplement de tirer la geule comme eux et de marcher au ralenti.

Dans le train

Ci-dessous, le passage à Bandi-Kui, on ne rigole pas ici (si cela peu vous rassurer, malgrés nos têtes, tout vas bien) !

Dans le train

Normalement, demain nous allons visiter quelques monuments du sud de New Delhi en voiture.

Jour 4 – Visite du Fort Ambre, ou pas ?

Le gérant de notre hôtel nous avais réservé un taxi pour 8:00. Nous embarquons direction le Fort Ambre situé dans la montagne au nord de Jaipur. Nous traversons le centre de la ville encore un peu endormie, on à presque l’impression que les rues sont droites et bien délimitées. À mi-chemin, je dit au chauffeur de faire demi tour car en fait on se ne se sent pas très en forme pour les 3 heures de visite, surtout que pour accéder au Fort il faut finir à pied par une grande montée au soleil (il fait déjà plus de 30 degrés) et avec la pollution… Il vaut donc mieux qu’on se repose aujourd’hui, l’Inde c’est très fatiguant, il faut prendre le temps de faire les choses et se reposer beaucoup plus longtemps.

Nous avons notre train pour New Delhi demain matin à 8:15 avec pas moins de 6 heures de trajet, cela risque donc d’être suffisamment épuisant. Et encore nous avons trouvés que les trains que nous avions pris jusqu’à maintenant n’étaient pas très confortables, mais la Française avec qui nous avons discuté hier nous à appris qu’en fait pour l’Inde c’était le grand luxe. Nous sommes 3 par banquettes avec des fenêtres et portes qui se ferment alors qu’elle à déjà prie un train où ils étaient 6 par banquettes, les fenêtres avaient ouvertes à tous vents avec uniquement des barreaux et il n’y avait pas de portes.

Hotel Sunder Palace, Jaipur
Hotel Sunder Palace, Jaipur

De retour à l’hôtel nous nous reposons et rencontrons un photographe qui était en train de quitter l’hôtel, cela à été l’occasion de discuter un peu. Il nous dit qu’en effet il vaux mieux y aller doucement ici, que la première foi qu’on voyage en Inde on risquait d’être un peu malade mais c’est le temps d’adaptation et que pour le retour à New Delhi il était plus simple de prendre un hôtel en dehors de la ville plus près de l’aéroport. On s’occupe de cela avec le gérant de l’hôtel qui nous rend pas mal service, il réserve pour les 3 nuits s’occupe de voir si l’hôtel dispose d’un service de voitures pour nous emmener à l’aéroport le jour du départ. Nous annulons par la suite la réservations que nous avions fait dans le centre de New Delhi car nous préférons ne pas retourner par là.

Hotel Sunder Palace, Jaipur

Nous allons ensuite manger un bol de riz sur la terrasse de notre hôtel et passons le reste de la journée à préparer le départ en train de demain, car avec les trains ici ce n’est jamais simple. Notre train arrive donc en gare demain à 7:55 pour un départ à 8:15 et nous devons arriver à New Delhi 13:50 avec bien sur d’éventuels retards. Nous arriverons donc dans la journée ce qui sera sans doute plus simple que d’arriver dans la nuit comme la foi précédente.

Hotel Sunder Palace, Jaipur

On se demande pourquoi il y a autant d’interrupteurs alors que l’électricité n’est pas toujours disponible. Les coupures son assez fréquentes (Un peu moins ici qu’à Agra). De plus la chambre n’a que 2 ampoules… pas facile de s’y retrouver.

Hotel Sunder Palace, Jaipur

Jour 3 – La ville rose… ou plutôt grise

On se réveille à note hôtel vers 8:00, cette nuit à été plus calme que la précédente. Nous sommes arrivés de nuit à Jaipur, la ville semblait plus propre que Agra ou New Delhi mais nous allons maintenant voir ce qu’il en est réellement. Pour la première fois depuis que nous sommes arrivés nous avons accès à Internet, nous passons donc la matinée à mettre quelques photos en lignes, et répondre à des mails afin de donner de nos nouvelles. Obtenir un moyen de communication ici n’est pas évident, les appels ne passent pas, les accès Internet sont rares sans parler de l’envoi de courrier ou les timbres sont souvent volés (et encore faudrait t’il trouver des timbres, et une boite à lettres).
Ce midi, encore une grande première, nous avons mangé pour la première fois en Inde au restaurant de notre hôtel, en effet, celui-ci nous semble relativement propre et le gérant et les personnes qui travaillent ici on l’air clean. Oui, jusqu’à maintenant nous avons mangé uniquement des barres de céréales que nous avions apportées et acheté des bouteilles d’eau bien celées évidemment ! À New Delhi nous n’avons pas réellement eu le temps (et l’envie), puis à Agra, c’est la ville la plus salle que nous avions vu jusqu’à maintenant et il faut savoir qu’il y à quelques année, assez récemment même, certains restaurant provoquaient volontairement des intoxications alimentaires de certaines personnes afin de les envoyer dans des cliniques privées pour faire payer leur compagnie d’assurance. La pratique à été découverte par les assurance qui on vu monter anormalement le taux de personnes malades, mais pratiquement personne n’à été arreté.Bref, pas facile de manger en Inde !
Nous décidons donc de prendre un plat simple, composé de riz et de tomates ainsi que du nan au fromage, une sorte de pain qu’ils font par ici. Pour terminer nous avons aussi pris un dessert, nous aurions peut être dû nous abstenir, chose que l’on fera par la suite. En fait, ce n’est pas compliqué, il faut se restreindre à prendre du riz uniquement.
Hotel Sunder Palace, Jaipur
Après le repas, nous partons en riskshaw (aussi appelé tchouktchouk par le gérant de l’hôtel) pour le centre ville. Nous allons visiter le City Palace, un gigantesque palais rose qui est toujours occupé par le maharajah et sa famille, il comporte un musée, des explications sur les tissus et les armes de l’époque, avec un audio guide en français ! La visite dure environ 3 heures.
City Palace
City Palace
City Palace
City Palace
À la sortie, le riskchaw nous attend, nous passons devant le palais des vents (Hawa Mahal) pour faire quelques photos. Ce palais est lui aussi situé en plein centre ville mais est plutôt célèbre pour sa façade rose que pour sa visite, ne le visitons donc pas et décidons de rentrer directement à l’hôtel.
Palais des vents
La ville est très dense, tout comme la circulation. Nous sentons que l’air est vraiment sur-pollué, cela pique la gorge, le nez, les yeux. Le trajet d’à peine 3 kilomètre semble durer un éternité à zigzagué entre les véhicules en tout genre qui sont tout de même un peu plus modernes qu’à Agra mais est-ce réellement un bien ? Non, car il y à encore plus de motos et voitures qui polluent encore plus l’air que nous respirons.
Dans la rue, Jaipur
La circulation en ville est une horreur, en riskchaw qui est le seul véhicule qui peu se déplacer assez facilement, on respire toute la pollution ambiante on se fait klaxonner dans tous les sens, lorsque l’on est bloqué à un carrefour des gens viennent mendier tout autour et si l’on à le malheur de donner quelque chose à un, c’est fini on ne s’en sort plus… Imaginez donc bien qu’à pied c’est pire, on ne peu pas marcher sans se faire agresser de tout les coté, certains suivent sur des centaines de mètres et il est totalement impossible de se repérer tellement que les villes sont énormes. Il n’y à qu’à l’hôtel et lorsque l’on passe la porte d’entrée d’un monument que nous sommes relativement tranquilles.
Dans la rue, Jaipur
Arrivé à notre hôtel le chauffeur essaie de nous embobiner pour qu’il viennent nous chercher demain,chose que nous refusons car demain nous voulons faire le Fort Ambre qui se trouve à 10 kilomètres, et sans une vraie voiture cela ne nous semble plus envisageable.
Nous dinons à notre hôtel, on ne change pas une valeur qui pour le moment nous semble sûre.Nous discutons quelques heures avec une française qui voyage seule et qui à déjà fait de nombreux pays, elle aussi n’en reviens pas, elle n’a jamais vu ça même en Afrique, au Mexique ou dans les autres pays asiatiques !
Demain nous sommes en taxi qui nous attendra pour tout nos déplacements, c’est l’Inde donc le prix n’est jamais un problème (c’est la qualité le problème ici, mais ils n’ont pas l’air de savoir ce que c’est) cela risque donc de nous simplifier la vie !

Jour 2 – L’Inde c’est beau, mais il faut savoir fermer les yeux

Essayez d’imaginer l’odeur qu’aurais de l’encent-à-la-bouse-de-vache*, c’est à peu pres l’odeur qu’il y à dans toutes les rues d’Agra.
Après une nuit de sommeil au milieu de l’autoroute, dans la cuisine d’un restaurant à coté du lave vaisselle, dans un terminal d’aéroport, heu non… C’est vrai que nous avions bien tous ces bruits mais nous étions bien dans notre chambre d’hôtel.
La rue

A 7:00, notre chauffeur, Malik, passe nous chercher comme prévu. Nous prenons la direction du Taj Mahal, la première destination touristique de l’Inde avec près de 3 millions de visiteurs par an. Nous avons l’impression de traverser le bidonville pour y parvenir ce qui est assez étonnant, il faut avouer qu’on ne s’attendait pas à cela. Le Taj Mahal est dans un grand jardin entouré de remparts, il y a 3 portes : la porte ouest, sud et est. Nous entrons par la porte est car appartement les autres portes n’ouvrent qu’a partir de 8:00. Un foi payé les 750 Roupies par personnes, déposé notre sac au casier et passé la sécurité, nous entrons dans les murs. À l’intérieur se trouve un jardin paisible et propre, on en oublierai presque la ville ses klaxons permanents. L’homme qui nous à guider depuis le paiement, les casiers et le passage du poste de sécurité nous propose maintenant de nous faire la visite. Ah… Bien évidemment, ce n’est pas quelquin qui travaille ici mais simplement un guide qui veux nous faire visiter. On demande le tarif, le premier tarif qui nous est donné est le tarif « Touriste » qui est inscrit sur sa fiche : 450 Roupies. On lui dit que l’on a pas d’argent, ce qui est vrai, car mine de rien avec les roupies on à l’impression d’être riche mais ça part vite. Il nous propose alors rapidement le tarif « Indien » à 350. Enfin cela ne change rien pour nous car si nous voulons tenir la journée, il faut arrêter de dépenser ces roupies difficilement acquises. Il fini donc par nous dire que si l’on à un billet de 5 US Dollars c’est bon. Par chance des dollars on en à encore. On commence donc à le suivre, je lui dit qu’on veux récupérer nos tickets d’entrée car c’est lui qui les a depuis le début, il nous explique d’où viennent les différents marbres qui on servis à construire le Taj Mahal, etc. Il nous fait quelques photos, mais l’homme à l’air assez pressé et on file direction l’intérieur du Taj. Tout est en marbre, il faut donc mettre des protections sur ses chaussures ou les retirer. On entre et il me glisse un sorte de stylo dans la main, je sens tout de suite le truc pas clair et lui demande immédiatement ce que c’est et lui dit de le reprendre. Il le reprend, il s’avère en fait que c’est une lampe avec laquelle il éclaire les rubis incrustés dans les murs ! certaines roses autour de la tombe centrale comportent plus de 50 rubis incrustés dans le marbre. C’est magnifique ! Les photos sont interdites à l’intérieur du monument mais il me dit que si je veux en faire il peu s’arranger moyennant quelques roupies. Non merci ! Peu avant la sortie il nous informe qu’en fait les lampes étaient bien évidemment interdites et qu’on doit payer 10 roupies. Évidemment ! Peu après la sortie je lui dit qu’il arrête ses conneries et que la prochaine foi qu’il y a quelque chose a payer ou autre on veux être prévenu avant ! Il me dit que c’est bon c’est fini. En effet, la visite est terminée et l’homme attend ces 5 Dollars. Bon ça va il nous aura fait quelques bonnes photos et montrer les reflet des rubis, choses que nous n’aurions pas eu sans lui. On continue notre visite seuls, on fait le tour des jardins et on fini par s’asseoir sur un banc une petite heure à l’ombre des arbres juste devant le Taj Mahal.
Taj Mahal

10:00 c’est la visite est terminée, on doit retrouver Malik direction le Fort d’Agra. On retrouve le restaurant ou il nous attendait sans se laisser détourner par un Indien qui voulais nous y emmener en riskshaw alors que c’était à quelques mètres. On arrive rapidement au Fort, pour y entrer il faut passer au travers d’une foule de vendreurs de produits en out genre en répétant 50 fois « no thank you !! ». On achète nos billets (250 Roupies au lieu de 300, nous avons une réduction car nous avons visité le Taj Mahal avant) puis on rentre dans le Fort. C’est en fait une énorme forteresse construite par des empereurs mongols au milieu du XVIe siècle qui abrite des palais de marbre et de pierres précieuses, des mosquées et des jardins. 2 heures de visite seuls cette foi et nous nous dirigeons vers la sortie pour retrouver Malik pour aller à notre hôtel. Il essaie de nous convaincre d’aller à un fabrique de pierres ce que nous refusons pour la n-ième fois, il a l’air de vraiment y tenir. Comme j’avais vu dans le guide, presque toutes les pierres à Agra sont des fausses et les risckshaw qui ammenent des clients sont grassement rémunérés. Don insiste donc bien pour rentrer directement, ce qu’il fait sans problèmes.

Fort d'Agra

Nous avons quartier libre jusqu’à 16:00, heure à laquelle il vient nous chercher pour aller à la gare (sans passer par la fabrique de pierres).Nous arrivons à 16:20 à la gare, nous remercions notre chauffeur qui nous indique que notre train sera en voie 3.
On entre par un restaurant qui à l’air assez propre et calme, gardé par deux officiers armés. On se renseigne pour avoir confirmation de la voie et à 2 reprises on nous affirme que ce train sera en voie 2 ! Ok, notre chauffeur à commis une petite erreur, mais ce n’est pas bien grave, on retourne au restaurant le temps d’apprécier un coca cola et d’attendre tranquillement le train.
Railway Station

Notre train arrive avec 10 minutes de retard, nous trouvons assez rapidement notre wagon et nos places. Vers la fin du trajet on apperçoit quelques maisons avec des fenêtres comme chez nous ! Ce qui nous fait reprendre confiance, comparé à ce que nous avions vus avant. La ville comme toutes les autres villes ici apparement est éclairée par des
néons violets UV. Sans doute pour éviter que les bactéries et microbes en tout genre se multiplient pendant la nuit. On fini par arriver avec 40 minutes de retard, il est 23:00.
Dernièreétape de cette journée, il faut trouver un bon riskshaw pour nous emmener à l’hôtel que nous avions repéré dan le guide du routard. Comme à chaque fois ils nous tombent tous dessus en proposant des prix défiant toute concurrence allant de 40 à 10 Roupies. En l’occurrence payer 10 ou 50 Roupies on s’en moque royalement, on veut simplement trouver un bon conducteur qui nous mènera a destination. On fini par monter dans un riskshaw, au bout de quelques mettre j’essaie de lui faire répéter s’il connais bien notre destination et il me répond qu’il vas se renseigner, il est 23:15 ! On descend immédiatement pour trouver autre chose. Notre second choix nous mène a destination avec difficultés. Il roules extrêmement vite, on lui dit de ralentir, il ne roule presque plus… Je m’aperçois à un moment qu’il était passé devant l’hôtel sans s’arrêter. Je lui dit de faire immédiatement demi tour, il n’a pas l’air content ! On s’appercois qu’en fait il avait un peu trop alcoolisé. Après s’être assuré qu’une chambre était disponible on le paye.
Cet hotel propose de multiples services, est propre et dispose même d’une salle de bain avec des toilettes europeens ! Apparement leur restaurant est bien coté dans le guide donc nous testerons ceci demain. La chambre est plus calme que celle d’hier, nous espérons mieu y dormir.

* On ne sait pas si cela existe mais on apparement ici tout est possible, mais en tout cas l’odeur elle est bien réelle elle.