Archive for juillet 2008|Monthly archive page

Day 60 – The Lone Star State

Ce week-end prolongé, dû à la fête de l’Indépendance (4 juillet, vendredi) nous a permis de partir à Dallas du vendredi au dimanche.

Jeudi – location de la voiture

Première déconvenue : le temps de se mettre d’accord sur les personnes venant avec nous, de régler quelques problèmes relationnels et sociaux, plus aucune voiture n’est disponible à notre loueur « habituel ». Il nous faut donc louer chez Hertz. Hertz est plus loin qu’Enterprise, plus cher, et, comble du comble, les voitures y sont plus vieilles et moins bien. Tant pis. Seul bon point, dont on ne se rendra compte que plus tard : la voiture est relativement économique au niveau de l’essence.

Vendredi – en route vers Dallas

Partis à 10h15 au lieu de 9h (nous ne sommes responsables que de 20 minutes du retard, et nous avions décidé de ne rien faire la veille pour être frais et dispos le vendredi… bref, choisissez avec précaution les gens avec qui vous partez, car certains ne comprennent pas que la vie en communauté est faite d’efforts), nous avons prévu de faire un arrêt à mi-trajet pour manger (lac Murray), près de la frontière Oklahoma-Texas. Il faut payer pour accéder au rivage, qui s’avère être un terrain de camping assez utilisé. L’arrêt est relativement bref.

Le second arrêt a lieu juste après la frontière d’Etat, à une aire comportant un office du tourisme et deux monuments à la gloire du Texas et des soldats morts durant la Seconde Guerre Mondiale. On récupère des plans, on discute avec un Texan et on prend les photos de rigueur avant de repartir.

Welcome in Texas

Le reste de la route se poursuit relativement normalement,sur une Interstate complètement droite (d’où l’utilité du régulateur de vitesse), en béton et plutôt mal entretenue (de nombreux bouts de pneux, parfois même des pneus entiers éclatés, gisent le long de la route).

On the road

l’arrivée dans l’agglomération de Dallas-Fort Worth, assez impressionnante par son étendue, sa densité de routes et sa skyline. Nous découvrons avec plaisir que l’hôtel/motel où nous résidons est à 10 minutes du centre-ville. Le temps de s’installer dans la chambre et nous voilà repartis pour découvrir la ville. Il est 15h.

Vendredi – visite de la ville

Quel est le meilleur moyen de visiter une ville ? La parcourir à pied, sans aucun doute. Du moins, cela semble évident pour 4 des 5 personnes du groupe. On passe donc plusieurs heures à arpenter les rues, de la Reunion Tower (tour ouverte aux touristes et permettant d’avoir un bon panoramique de la ville) à Uptown en passant par West End, Downtown et Arts District. Bilan ? La vue de la Reunion Tower est décevante…

Tower is closed...

mais le West End (quartier d’anciens entrepôts en brique rénovés) est très sympa…

Dallas, TX

Downtown et l’Arts District impressionnants…

Dallas, TX

et l’Uptown très joli (quartier riche, très récent, beaucoup de cachet).

Dallas uptown, TX

La seconde partie de la visite est menée par David, un jeune habitant de Dallas rencontré dans Arts District qui s’est proposé pour nous guider dans les coins un peu moins touristiques. Il nous fait même profiter du trolley qui traverse Uptown.

Dallas downtown, TX

Vendredi – célébration du 4 juillet

Hooters @ Dallas, TX

Avant de partir assister au feu d’artifice, on se restaure dans un fast-food bien particulier, Hooters. Cette chaîne présente dans tous les États-Unis offre des plats typiques servis par de très jolies demoiselles dans un uniforme de travail relativement léger. Tous les moyens sont vraiment bons pour réussir aux USA.

Ensuite, on se rend à la Trinity River Fiesta, située dans le West End, pour attendre le feu d’artifice. On discute quelques instants avec des représentants derrière un stand (impossible de se rappeler ce qu’ils représentaient), on prend des photos (David a une facilité à convaincre les gens de poser assez impressionnante) et on finit par trouver une place le long de la route pour regarder le feu.

Petite déception au niveau du feu, cependant. Pour une si grosse ville on s’attendait à mieux, et le feu qu’on a vu la veille au soir depuis notre appartement à Norman était tout aussi bien. Le rythme est un peu plat, sauf sur la fin où les fusées s’enchaînent et nous offrent un bouquet final correct. Bref, rien de fantastique, cela ne restera pas gravé dans nos mémoires.

Il se fait tard, on décide de rentrer à l’hôtel pour se reposer d’une journée bien fatigante avant d’attaquer samedi. Un échange d’emails avec David plus tard, nous voici dans la voiture vers l’hôtel.

Samedi – 6 Flags Over Texas

Départ à 9h du matin pour un grand parc d’attractions à une demi-heure d’ici, après avoir lutté pour lever un membre du groupe (oui, toujours le même). Ceci fait, on s’arrête pour un petit déjeuner et on entre au parc à 10h.

Il fait chaud, très chaud, et la première attente est relativement longue (plus de 20 minutes), ce qui nous inquiète pour la suite. En fait le pire qu’on a dû attendre était 30 minutes, et il n’était pas rare d’attendre moins de 10 minutes, bref le bonheur. Niveau chaleur, tout était prévu pour limiter les insolations (diffuseurs d’eau, fontaines, etc.). Inutile de préciser que tout dans le parc est démesuré comparé à la France (taille et durée des attractions notamment).

6 flags over Texas

La matinée est marquée notamment par une chute libre impressionnante (Superman Tower of Power), le plus grand roller coaster en bois du parc (Texas Giant), qui a le don de casser le dos et la plupart des autres os du corps humain sans procurer de très bonnes sensations, un roller coaster métallique avec double looping intégré… Que du bonheur.

6 flags over Texas

La pause déjeuner est l’occasion d’une légère démotivation de la part d’un membre du groupe. Cela fait 3h qu’on est dans le parc, maximum… On met ça sur le compte de la chaleur et on passe à autre chose, ignorant les récriminations. L’après-midi est tout aussi fructueuse : on réussit à faire plusieurs manèges, dont le FlashBack (trois loopings en avant puis le même parcours en arrière), le Mr Freeze (départ turbo et incompréhension totale sur le reste du parcours, qu’on fait ensuite à l’envers après être passé à la verticale), et enfin le Titan, un coaster métallique, le plus haut du parc, qui donne des sensations particulièrement intenses.

6 flags over Texas

On rentre exténués mais bienheureux à l’hôtel, et après un bref McDo (premier de notre séjour) on décide de passer la soirée en ville, dans le quartier Uptown. On réussit à se faire refouler d’un bar avant de décider de rentrer. Eh oui, Paul n’a pas 21 ans. Bien essayé. On s’arrête quand même sur un pont vers l’extérieur de la ville pour une séance photos, ce qui permet à Ludo de risquer de perdre ses lunettes sur la route. Il les sauve.

Dimanche – The Sixth Floor Museum

Dimanche matin ! Encore difficile de réveiller un membre du groupe, mais on finit par y arriver et nous voilà en route, après avoir rendu les clés de la chambre d’hôtel, vers le Sixth Floor Museum, musée installé dans l’immeuble d’où JFK fut assassiné.

JFK Museum

On découvre le mémorial, à une centaine de mètres du musée, puis on se dirige vers Elm Street et Dealey Plaza, à l’endroit où Kennedy fut touché. Deux croix blanches indiquent les endroits approximatifs d’impact des deux balles.

Le musée nous prend deux bonnes heures. Il résume très bien la vie de Kennedy depuis sa campagne jusqu’à sa mort et détaille les différentes enquêtes, théories et preuves possibles. Très bien fait et très intéressant. Au cinquième étage du musée, dans l’angle d’où Lee Harvey Oswald a tiré, est reconstituée sur quelques mètres carrés la pièce dans l’état où elle fut trouvée par les inspecteurs. C’est assez impressionnant de se tenir à l’emplacement exact du tireur et de voir les croix blanches par la fenêtre…

From Floor 6

Dimanche – retour en Oklahoma

Dimanche midi, le musée fini, il s’agit de retourner en Oklahoma, car un membre du groupe doit travailler en fin d’après-midi (oui, dimanche). On s’arrête, sur les conseils d’une connaissance du Kansas, manger à la Galleria, un immense mall en périphérie de Dallas. Le site inclut une patinoire. L’arrêt valait le coup d’oeil.

The Galleria, TX

Après cette visite à un tel temple de la consommation, le retour se fait tranquillement, malgré un embouteillage d’une heure à 25 kilomètres de l’arrivée. A 17h, nous sommes à Tradition’s. L’histoire ne dit pas si le gars qui devait aller travailler y est allé (il n’y est pas allé…).

Un bon week-end !